Politique

Moyen-Orient : MBS se pose en leader des relations sino-arabes

En recevant Xi Jinping pour un triple sommet sans précédent entre la Chine et les pays arabes, le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salman marque des points face aux États-Unis. Mais la coopération avec la Chine a ses limites, notamment en matière de défense et de sécurité.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 12 décembre 2022 à 10:20

Le président chinois Xi Jinping et le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salman, à Riyad, le 8 décembre 2022. © Royal Court of Saudi Arabia/Anadolu Agency via AFP

Des avions qui laissent dans le ciel une traînée rouge et jaune, couleurs du drapeau chinois. Quatre autres chasseurs qui escortent le Boeing de Xi Jinping avant son atterrissage, et vingt et un coups de canon tirés lors de sa descente sur le tarmac… L’accueil en grande pompe réservé au président chinois, mercredi 7 décembre à Riyad, a illustré l’importance symbolique de cette visite pour l’Arabie saoudite.

Le prince héritier et homme fort du royaume saoudien, Mohammed Ben Salman (MBS), a reçu Xi Jinping pendant trois jours lors d’un triple événement sans précédent dans les relations sino-arabes : un sommet Chine-Arabie saoudite, un deuxième Chine-États arabes (auxquels ont notamment assisté les présidents égyptien, tunisien, comorien, djiboutien, mauritanien et soudanais, ainsi que les chefs de gouvernement algérien et marocain), et un dernier Chine-CCG (Conseil de coopération du Golfe).