Économie

France-Maroc : le vrai match se joue sur le terrain économique

Les liens historiques qui l’unissent au Maroc ont permis à la France d’occuper pendant longtemps la première place dans les échanges économiques bilatéraux. Mais Rabat entend aujourd’hui diversifier ses partenariats.

Réservé aux abonnés
Par et - à Casablanca
Mis à jour le 14 décembre 2022 à 12:16

À Rabat, le 13 décembre 2022, veille de la demi-finale de la Coupe du monde de football opposant le Maroc à la France. © Fadel Senna/AFP

Sur le plan diplomatique, plusieurs sujets ont crispé les relations entre le Maroc et la France. Rabat reproche à Paris sa décision de restreindre l’accès aux visas, mais aussi son rapprochement avec Alger et sa position, qu’elle juge trop timide – bien que lui restant favorable –, sur le Sahara occidental.

Autre motif de discorde : à en croire la partie marocaine, l’Élysée verrait d’un mauvais œil que le Maroc diversifie ses partenariats et qu’il occupe une place économique croissante dans son ancien pré carré africain.

À Lire Mohammed VI, Macron et le souffle du colon, par François Soudan

Alors que les deux pays s’affrontent, ce 14 décembre, pour une place en finale de la Coupe du monde de football, et que Catherine Colonna, la ministre française des Affaires étrangères, est attendue au Maroc à la fin de cette semaine, Jeune Afrique revient sur un autre match : celui qui oppose ces deux pays, pourtant historiquement proches, sur le terrain économique.

É