Économie

Turkish Airlines supplante Brussels et Ethiopian vers l’Afrique de l’Ouest

Si les aéroports de Paris CDG et d’Amsterdam Schiphol restent les principaux hubs des voyageurs à destination de la sous-région, Istanbul s’est imposée comme une plateforme sûre et bien connectée.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 8 décembre 2022 à 19:26

Le hub de Turkish Airlines a profité du fort recul de l’aéroport Addis-Abeba Bole. © Bayne Stanley/ZUMA Press/REA.

Près de trois ans après la crise, le secteur aérien commence à entrevoir le rebond : 68 % des routes aériennes internationales ont été rétablies et les compagnies africaines ont retrouvé 83,9 % de leurs capacités de 2019, selon l’Association du transport aérien international (Iata). Mais deux ans de quasi-arrêt, une reprise chaotique dans certains des plus gros aéroports du monde et la guerre du Tigré ont laissé des traces dans les positions respectives des acteurs du secteur. En témoigne une étude de ForwardKeys, un cabinet qui scrute en temps réel les données de billetterie émises par les compagnies aériennes, centrée sur l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale et rendue publique au début de décembre.