Politique

Mali : Olivier Dubois, 20 mois de captivité pour le journaliste français

Ce jeudi 8 décembre, cela fait exactement 20 mois qu’Olivier Dubois, collaborateur notamment de Jeune Afrique, a été pris en otage dans le nord du Mali. JA s’associe à la mobilisation pour appeler à sa libération.

Par
Mis à jour le 8 décembre 2022 à 10:42

Olivier Dubois est retenu en otage depuis le 8 avril 2021. © AFP PHOTO / UNKNOWN SOURCE

Il y a 20 mois, le 8 avril 2021, notre confrère Olivier Dubois a été enlevé à Gao, dans le nord du Mali, alors qu’il était en reportage. Journaliste français indépendant, il travaillait notamment pour Libération, Jeune Afrique et Le Point. Il devait interviewer un cadre local du Jnim, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, dirigé par Iyad Ag Ghaly et lié à al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Il n’est jamais revenu de son rendez-vous. Depuis la libération, en octobre 2020, de Sophie Pétronin, également enlevée au Mali, il est le seul otage français dans le monde.

À Lire Sahel : entre Iyad Ag Ghali et Abu al-Bara al-Sahraoui, la guerre des (chefs) jihadistes

Depuis son enlèvement il y a 609 jours, Olivier Dubois est apparu dans deux vidéos diffusées par ses ravisseurs, dans lesquelles il explique lui-même être détenu par le Jnim. Les autorités maliennes et françaises ont indiqué à plusieurs reprises être pleinement mobilisées pour sa libération, tout en rappelant la nécessité d’une grande discrétion sur les actions pouvant être entreprises.

Plusieurs actions ont été menées par ses proches ainsi que par l’organisation Reporters sans frontières (RSF). Des manifestations ont été organisées, une pétition a été lancée et des tribunes ont été publiées. Mais l’absence de nouvelles récentes, la longueur de sa captivité et la forte dégradation des relations entre Paris et Bamako ces derniers mois inquiètent.

À Lire Olivier Dubois, triste record de captivité pour un journaliste français

Nous renouvelons aujourd’hui notre appel aux autorités françaises pour qu’elles intensifient leurs efforts pour obtenir sa libération au plus vite. Nous appelons les journalistes et le public à continuer de parler d’Olivier Dubois, à dire et à écrire son nom, pour que personne ne l’oublie.