Société

Les touristes de retour dans le Sahara algérien

La saison saharienne qui vient de s’ouvrir se présente bien. Les professionnels y voient un effet du réchauffement des relations entre Paris et Alger, même si certains déplorent un manque d’implication des autorités politiques.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 26 décembre 2022 à 10:58

Méharée et chamelier touareg entre Essendilène et Djanet, dans le massif du Tassili, patrimoine mondial de l’Unesco. © Philippe ROY/Aurimages via AFP

C’est loin d’être le grand rebond pour le tourisme saharien mais la reprise est bel et bien là. La saison, qui s’achèvera en avril prochain, est bien partie, sauf coup du sort, pour être largement meilleure que celle de l’année passée. « C’est un bon début, ça se passe très bien et nous avons pas mal de demandes de touristes étrangers pour les mois de février et mars de l’année prochaine», se félicite Mokhtar Zounga, le patron d’Akar Akar, une des agences les plus en vue à Tamanrasset, qui travaille sur les deux destinations phares du tourisme saharien : Djanet et Tamanrasset.