Économie

BAD : verre à moitié plein au Fonds africain de développement

Les pays donateurs ont approuvé une enveloppe triennale de 8,9 milliards de dollars. Un niveau record mais bien inférieur aux ambitions des dirigeants africains.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 7 décembre 2022 à 18:44

Akin Adesina à Tanger, le 7 décembre 2022. © African Development Bank Group

« Nous quittons Tanger avec beaucoup d’enthousiasme ! » s’est ému Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement (BAD), le 6 décembre dans son discours de clôture de la réunion d’annonce des contributions à la 16e reconstitution des ressources du Fonds africain de développement (FAD). Véhicule de financement géré par la BAD, le Fonds apporte des dons et des prêts concessionnels pour des projets dans 37 pays africains aux ressources financières les plus limitées.

Pendant cette réunion, les donateurs ont approuvé une reconstitution du FAD à hauteur de 8,9 milliards de dollars, soit 14 % de plus que lors du 15e cycle clos en 2019. Ils ont également approuvé la création d’un Guichet d’action climatique, qui recevra environ 400 millions de dollars de la dotation globale. Enfin, les pays donateurs ont donné leur accord pour qu’un sujet épineux – la modification des statuts