Économie

Maroc, Côte d’Ivoire, Kenya… Air France, quelles ambitions en 2023 ?

Le pavillon français, qui affiche sur le continent un niveau de ventes voisin de celui de 2019, prévoit de se renforcer en Afrique de l’Est, mais aussi au Nigeria, au Mali ou encore au Bénin.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 9 décembre 2022 à 11:18

Air-France KLM a généré au premier semestre de 2022 près de 1,3 milliard d’euros de ventes sur la zone Afrique Moyen-Orient. © Patrick Desrochers/Airbus

« Résiliente ». C’est le mot qu’emploie Olivier Piette, directeur programme de vols chez Air France, pour qualifier l’activité de sa compagnie en Afrique. La zone, qui avait été l’une des premières à se relever dès 2020, n’est plus selon lui que « quelques points en dessous » de son niveau d’activité de 2019, portée par ses destinations phares – au premier rang desquelles Abidjan et Dakar –, mais aussi par l’ouverture de la route vers Zanzibar, via le Kenya, inaugurée à l’hiver 2021.

Ainsi, le réseau Air-France KLM a généré au premier semestre de 2022 1,291 milliard d’euros de ventes sur la zone Afrique Moyen-Orient, contre 1,357 milliard d’euros en 2019, soit une baisse de 4,9 %, contre 13,2 % au niveau global.

À Lire Alors que Corsair arrive à Cotonou, Air France veut accélérer

Mieux, la compagnie a déjà prévu d’offrir, dès le second semestre de 2023, plus de capacités vers l’Afrique subsaharienne qu’avant la crise, même si, reconnaît Olivier Piette, « le potentiel de croissance y est désormais plus limité qu’ailleurs », Air France étant déjà très présent sur le continent.

Direction la Tanzanie, première destination africaine en 2022

Le transporteur a néanmoins prévu d’ouvrir, le 12 juin, la destination Dar-es-Salam, qui sera couplée à Zanzibar, afin de desservir le Kenya en ligne quotidienne directe, « ce qui augmentera mécaniquement nos capacités vers le Kenya, puisqu’une partie des sièges était jusque-là occupés par des passagers se rendant à Zanzibar », précise le directeur programme.