Économie

RDC – Mustafa Rawji (Rawbank) : « Le plus important n’est pas d’être le premier mais d’offrir le meilleur à nos clients »

Avenir de l’assurance, concurrence kényane, retrait des banques européennes, ambitions pour les PME… Le patron du colosse de la banque en RDC doit faire face à de nombreux défis.

Réservé aux abonnés
Par - envoyé spécial à Lomé
Mis à jour le 19 décembre 2022 à 18:22

Mustafa Rawji dirige le groupe Rawbank depuis 2020. © DR

À l’observer sur l’estrade, écoutant le doyen Jean Kacou Diagou, fondateur du groupe de bancassurance NSIA, ou échangeant chaleureusement dans les allées de l’auditorium de l’hôtel 2 février, à Lomé, avec Serge Ékué, président de la BOAD, et Romuald Wadagni, le ministre béninois des Finances, on est surpris par la confiance qu’il dégage. Mustafa Rawji respire la sérénité, quand d’autres seraient sans doute plus troublés – ou au moins plus inquiets – face aux défis que Rawbank doit relever.

Car le groupe qu’il dirige depuis 2020, longtemps leader incontesté de la banque en RDC, a vu sa domination rudement contestée – voire totalement sapée si l’on en croit les échos de Nairobi – par l’offensive-éclair menée par le colosse kényan Equity Bank à Kinshasa. EquityBCDC, né de la fusion en 2020 de ProCredit et de BCDC, deux filiales acquises par le groupe dirigé par James Mwangi, revendiquait, à