Politique

Centrafrique-Tchad : les premiers éléments de l’enquête sur l’affaire de Bossangoa

Bangui privilégie, pour l’heure, la piste d’une attaque venue du territoire tchadien. Le point sur les investigations.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 1 décembre 2022 à 18:43

Un bataillon de l’armée centrafricaine, à Obo, dans l’est du pays, en février 2018. © FLORENT VERGNES/AFP

L’attaque de Bossangoa, survenue vers 3 heures du matin dans la nuit du 27 au 28 novembre, continue d’occuper les enquêteurs centrafricains. Les ministères de l’Intérieur et de la Défense procèdent à des recoupements, en collaboration avec le ministère des Affaires étrangères, la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) et les ONG sur le terrain.

À Lire Touadéra, Déby Itno, Wagner et Bozizé… Les dessous de l’affaire de l’avion de Bossangoa

Objectif : retracer le trajet de l’avion qui aurait bombardé le camp des Forces armées centrafricaines et de ses supplétifs du groupe russe Wagner. D’après les informations recueillies, l’aéronef aurait été entendu à Bozoum avant l’épisode de Bossangoa, puis aurait poursuivi sa route vers l’est du pays avant de remonter vers le Nord. Des témoins affirment l’avoir ensuite repéré au-dessus de Markounda, à la frontière avec le Tchad.

Markounda et l’hypothèse tchadienne