Politique

Algérie – France : opération déminage

Alors que François Hollande doit se rendre en Algérie en décembre, les relations entre la France et son ancienne colonie sont empoisonnées par deux dossiers, dont la situation au Nord-Mali.

Par
Mis à jour le 12 octobre 2012 à 17:45

Abdelkader Messahel, ministre algérien délégué aux affaires africaines était en visite à Paris © AFP

Alger et Paris tentent d’aplanir leurs divergences avant la visite de François Hollande, en décembre. Deux dossiers, surtout, posent problème.

1. La renégociation des accords de 1968 relatifs au statut dérogatoire des Algériens résidant en France.

2. La situation dans le Nord-Mali : les deux pays préconisent en effet des solutions difficilement compatibles. Pour empêcher que « la bombe du Sahel » pollue le climat des futurs entretiens, Abdelkader Messahel, le ministre algérien délégué aux Affaires africaines, s’est rendu le 4 octobre à Paris, où il a été reçu au Quai d’Orsay et par la cellule africaine de l’Élysée. Le lendemain, Abdelmalek Sellal, le Premier ministre, a de son côté abordé la question avec François Hollande, en marge du sommet des 5+5, à Malte.