Politique

Rwanda : Kigali frappe à la porte du Conseil de sécurité de l’ONU

Le Rwanda de Paul Kagamé doit obtenir les deux tiers des suffrages pour être élu.

Le Rwanda de Paul Kagamé doit obtenir les deux tiers des suffrages pour être élu. © AFP

L’Assemblée générale de l’ONU vote, jeudi 18 octobre, pour choisir les prochains membres non permanents du Conseil de sécurité. Le Rwanda, suspecté de soutien aux rebelles du M23 en RDC, est candidat malgré l’opposition de certains membres permanents.

Le Rwanda occupera-t-il l’un des cinq sièges du Conseil de sécurité de l’ONU dévolus aux membres non permanents pour la période allant du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2014 ? Premier élément de réponse le 18 octobre, jour du vote à l’Assemblée générale au cours duquel les pays candidats doivent recueillir les deux tiers des voix des présents pour être déclarés élus. Sur le papier, le Rwanda a toutes ses chances, puisqu’il est l’unique postulant présenté par le groupe africain – lequel détient un siège réservé au sein du Conseil. Mais des manoeuvres de dernière minute émanant de certains membres permanents peu désireux de voir accéder en leur sein un pays qu’ils accusent d’ingérence en RDC ne sont pas à exclure. À noter que les règles onusiennes prévoient un nombre indéfini de tours de scrutin jusqu’à ce que la majorité des deux tiers soit atteinte.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte