Politique

Burkina Faso : déjà plus de 90 000 VDP engagés contre le jihadisme

Ces supplétifs civils de l’armée ont été enrôlés en trois semaines dans tout le pays, après l’appel du président de la transition Ibrahim Traoré à ce que chacun s’engage contre le terrorisme.

Par
Mis à jour le 25 novembre 2022 à 11:12

Des hommes font la queue avec leurs lettres de demande d’inscription en tant que VDP dans le gouvernorat de Ouagadougou, le 16 novembre 2022. © OLYMPIA DE MAISMONT

Plus de 90 000 Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), des civils appelés à seconder l’armée dans sa lutte contre les jihadistes, ont été enrôlés  en trois semaines. Une campagne avait été lancée le 24 octobre dernier visant à recruter 50 000 hommes (35 000 dans leur commune de résidence et 15 000 pouvant être déployés sur tous le territoire).

À Lire Burkina Faso : la mission (presque) impossible du capitaine Traoré

Cette campagne qui s’est achevée le 18 novembre vise à « renforcer les rangs de l’armée dans le cadre de la lutte contre le terrorisme », selon le commandant de la brigade de veille et de défense patriotique (BVDP), le lieutenant-colonel Thomas Sawadogo. « La BVDP se félicite de cette grande mobilisation des populations et les remercie pour leur engagement au service de la mère patrie », a-t-il indiqué, précisant que tous les inscrits ne sont pas « retenus pour le moment ».

Formation

Une « formation initiale » sera donnée aux VDP retenus, a précisé Sawadogo. Jusqu’à présent, les VDP recevaient une formation civique et militaire de 14 jours avant d’être armés et dotés de moyens de communication.

À Lire Burkina Faso : après l’attaque d’Inata, une armée en plein doute 

Le statut des VDP est défini par la loi depuis le 21 janvier 2020. Il est défini comme « une personne de nationalité burkinabé, auxiliaire des Forces de défense et de sécurité (FDS), servant de façon volontaire les intérêts sécuritaires de son village ou de son secteur de résidence ».

(avec AFP)