Économie

Angola : Isabel dos Santos dénonce une « persécution politique »

Alors que la justice angolaise a demandé l’émission d’un mandat d’arrêt contre la fille de l’ancien président dos Santos, cette dernière n’a pas dit son dernier mot.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 24 novembre 2022 à 18:52

La femme d’affaires angolaise Isabel dos Santos après la projection du film « Un petit frère » lors de la 75e édition du festival de Cannes, le 27 mai 2022. © Loïc Venance/AFP

Pour Isabel dos Santos, l’heure est à la contre-offensive. « J’ai des services de renseignement contre moi, un ministère public contre moi, un président contre moi, un État contre moi dans une attaque injuste », a déclaré ce 24 novembre, dans une interview à la chaîne de télévision Deutsche Welle (DW) en langue portugaise, la fille de l’ancien président angolais José Eduardo dos Santos.

Rompant avec le silence médiatique (mais pas sur les réseaux sociaux) observé ces derniers mois, la femme d’affaires angolaise, en difficulté depuis l’arrivée au pouvoir, en 2017, du successeur de son père, João Lourenço, s’est défendue sur tous les fronts.

À Lire Angola : Isabel dos Santos, une « princesse » aux abois

Sa riposte intervient quelques jours après l’annonce dans les médias de l’émission d’un mandat d’arrêt international contre elle à la demande de la justice angolaise. Si cette demande a été effectuée au début du mois, Interpol n’a toutefois pas encore statué sur le dossier, ce qui a conduit Isabel dos Santos à démentir fermement l’existence d’un tel mandat.

« Cabale »