Société

Algérie : 49 condamnés à mort pour l’assassinat de Djamel Bensmail

Les accusés ont été reconnus coupables du lynchage de cet homme qui s’était porté volontaire pour aider à éteindre des feux de forêt en août 2021.

Par
Mis à jour le 24 novembre 2022 à 14:15

Un incendie dans les collines boisées de Kabylie, le 12 août 2021. © Ryad KRAMDI/AFP

Ce 24 novembre, le verdict est tombé au procès de l’assassinat de Djamel Bensmail : 49 personnes ont été reconnues coupables de son lynchage et condamnées à mort par le tribunal de Dar El Beida, dans la banlieue est d’Alger. Ces peines devraient être commuées en prison à vie en raison d’un moratoire sur les exécutions en vigueur depuis 1993.

Les accusés étaient poursuivis notamment pour « actes terroristes et subversifs contre l’État et l’unité nationale » et « homicide volontaire avec préméditation », selon l’accusation.

À Lire Incendies en Algérie : voyage au bout de l’enfer

Vingt-huit autre prévenus poursuivis dans le cadre de cette affaire ont été condamnés à des peines allant de 2 à 10 ans de prison, 17 autres ont été acquittés.

Images choquantes

À l’époque des faits, qui avaient soulevé une vague d’indignation dans tout le pays, les images du lynchage de Djamel Bensmail devenues virales étaient commentées notamment via le hashtag #JusticePourDjamelBenIsmail.

À Lire Algérie : comment revivre après les incendies de l’été 2021

Amnesty International avait appelé les autorités à « envoyer un message clair que cette violence ne sera pas tolérée ». La Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH) avait jugé pour sa part que « les scènes du lynchage et de l’immolation du présumé pyromane, alors qu’il s’agissait d’un jeune artiste venu prêter main forte aux sinistrés sont choquantes. »

Le père de la victime, Noureddine Bensmaïl, admirablement digne, avait été salué comme un héros national après avoir appelé au calme et à la fraternité entre Algériens.

(avec AFP)