Politique

Gabon : la longue marche vers l’égalité homme-femme

Le pays a fait de l’égalité des sexes une véritable cause nationale. Un Centre de protection pour les femmes victimes de violences, unique dans la sous-région, et un Observatoire national des droits de la femme ont été créés.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 25 novembre 2022 à 07:38

Sylvia Bongo Ondimba lors de la marche contre les violences faites aux femmes mercredi 17 avril 2019. © Facebook/Sylvia Bongo Ondimba

C’est l’histoire d’une marche entamée il y a quelques années et qui, depuis, ne s’est jamais arrêtée. « Je m’en souviens comme si s’était hier », explique Amandine, l’une des nombreuses participantes. Le 17 avril 2019, un cortège de plusieurs milliers de personnes s’élance dans les rues de Libreville, en cette  journée de la femme gabonaise. Des femmes en majorité, mais aussi des hommes. Parmi la foule, des membres du gouvernement, de la société civile et des représentants des confessions religieuses. Direction le palais du Peuple, siège de l’Assemblée nationale.

Plaidoyer

L’épouse du chef de l’État, Sylvia Bongo Ondimba, militante de longue date de la cause des femmes, mène le cortège, ce qui explique en partie l’ampleur de ce dernier. La première dame a un objectif : remettre aux députés, au premier d’entre eux en particulier, Faustin Boukoubi à l’époque, un plaidoyer élaboré par la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille (FSBO), destiné à faire reculer les violences faites aux femmes au Gabon. Le mal est profond. Selon une étude, plus de deux tiers des Gabonaises reconnaissent avoir déjà été victimes au moins une fois dans leur vie de violences.

À Lire [Tribune] Droits des femmes : le Gabon ne doit pas laisser le Covid-19 annuler des décennies de progrès