Politique

« Complot » contre Traoré au Burkina : les dessous de l’opération qui a ciblé les quatre capitaines

Le 3 novembre, quatre officiers qui avaient accompagné le lieutenant-colonel Damiba en exil à Lomé ont été placés en résidence surveillée à leur retour à Ouagadougou. Soupçonnés de vouloir déstabiliser le régime du capitaine Traoré, ils n’ont toujours pas été remis en liberté.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 24 novembre 2022 à 09:15

Ibrahim Traoré, en novembre 2022. © Présidence du Faso

Ils avaient accompagné le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba en exil à Lomé après sa chute, début octobre. Les capitaines Sidsoré Abdoul Kader Ouédraogo, Hassan Salem Diallo et Didas Charles Ouédraogo, de l’armée de l’air, et le capitaine Ahmed Kinda, des forces spéciales, faisaient partie des hommes de confiance de l’ancien président de transition. Le 3 novembre, ces quatre officiers ont été placés en résidence surveillée à leur retour à Ouagadougou.

À Lire Burkina Faso : la nouvelle vie togolaise de Paul-Henri Sandaogo Damiba

D’après l’Agence d’information du Burkina (AIB), ils seraient accusés de « vol d’aéronef et de désertion » – ils avaient quitté le pays avec Damiba à bord d’un hélicoptère de l’armée – ainsi que de « préparer un complot contre les nouvelles autorités burkinabè depuis le Togo ». Trois semaines plus tard, aucune procédure n’a été ouverte à leur encontre par la justice militaire.

Dans le viseur de Traoré