Politique

Israël-Palestine : « L’arrivée aux affaires des juifs religieux va relancer la question de Jérusalem »

La percée électorale du courant sioniste religieux pourrait menacer le fragile équilibre entre juifs et Arabes à Jérusalem. Explications de l’historien Vincent Lemire.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 22 novembre 2022 à 17:12

Des juifs religieux sur l’Esplanade des Mosquées, à Jérusalem, le 20 avril 2022. © MENAHEM KAHANA / AFP

Il y a eu la marche des drapeaux en mai 2022, les événements du quartier de Sheikh Jarrar en mai 2021. Les incursions régulières sur l’Esplanade des Mosquées… Jérusalem redevient le creuset des tensions à mesure que la politique israélienne se radicalise, et que la jeunesse palestinienne s’émancipe de ses représentants politiques.

Vincent Lemire est historien et dirige le Centre de recherche français à Jérusalem (CRFJ). Auteur de plusieurs ouvrages de référence sur la Ville sainte, il vient de publier l’Histoire de Jérusalem (ed. Les Arènes) en bande dessinée. Après les élections israéliennes du 1er novembre dernier qui ont vu le courant du sionisme religieux, incarné par deux partis, devenir la principale force politique du pays après le Likoud de Netanyahou, le chercheur revient sur la place centrale de Jérusalem dans les violences passées… et à venir.

À Lire Jérusalem, « patrimoine commun » des trois religions monothéistes, affirment le pape et le roi du Maroc

Jeune Afrique : Que signifie la victoire de Benyamin Netanyahou et de ses alliés d’extrême droite aux législatives du 1er novembre dernier pour Jérusalem ?

Vincent Lemire : Cette victoire n’est pas une surprise, c’est la logique politique d’un pays qui bascule à l’extrême droite. Ce à quoi on assiste aujourd’hui, c’est une toute petite vaguelette annonciatrice d’une tempête. Car ce sont les plus jeunes électeurs qui composent les rangs du sionisme religieux. Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir, les deux leaders du mouvement, ont fait de Jérusalem une question centrale, ce qui n’est pas le cas du Likoud de Benyamin Netanyahou. Les expropriations dans le quartier de Sheikh Jarrar, la prière sur l’Esplanade des Mosquées, le maintien de la présence juive dans la Vieille ville sont les thématiques centrales d’un engagement presque existentiel de ce courant radical.