Politique

Mondial 2022 : si vilain que ça, le petit Qatar ? par Marwane Ben Yahmed

Si le Qatar ne mérite pas l’avalanche de critiques qui s’est abattue sur lui à l’occasion de la Coupe du monde, il ne mérite pas non plus le soutien d’un monde arabe qui visiblement ne lui importe guère plus que la dernière lubie de Neymar…

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 21 novembre 2022 à 12:53
Marwane Ben Yahmed

Par Marwane Ben Yahmed

Directeur de publication de Jeune Afrique.

Marwane Ben Yahmed © V.Fournier pour JA/Montage JA

ÉDITORIAL – Ce devait être un motif de fierté, le point d’orgue d’une stratégie de soft power et de développement économique baptisée « National Vision 2030 ». L’organisation par le Qatar de la 22e édition de la Coupe du monde de football, la première disputée en terre arabo-musulmane, obtenue il y a douze ans au détriment des États-Unis, n’en finit pourtant pas de susciter des polémiques.

À Lire Mondial 2022 au Qatar : les sélections africaines ont-elles une chance ?

De son obtention, donc, toujours controversée car nimbée d’un épais voile de suspicion de corruption, à son coût faramineux (6 milliards d’euros pour la seule construction des huit stades nécessaires), en passant par les conditions de travail des milliers d’ouvriers venus d’Asie du Sud et d’Afrique, le non-respect des droits de l’homme (en particulier concernant les homosexuels) ou le non-sens écologique de l’édition la plus énergivore de l’histoire de la compétition.

Indignation sélective

La tempête