Économie

La Côte d’Ivoire encadre les prix des denrées alimentaires

Pour limiter l’inflation, Abidjan a décidé de plafonner les prix de certains produits de grande consommation, selon un arrêté interministériel daté du 16 novembre.

Réservé aux abonnés
Par - à Abidjan
Mis à jour le 18 novembre 2022 à 17:25

Le marché Cocovico à Angré, Abidjan, le 16 mars 2022. © ISSOUF SANOGO/AFP

Le riz, le sucre, le concentré de tomate, le lait, les pâtes alimentaires, l’huile de palme raffinée et la viande de bœuf : c’est la liste des produits du quotidien auxquels le gouvernement vient de fixer un prix maximum, par un arrêté du 16 novembre signé par le ministre de l’Économie et des Finances, Adama Coulibaly, celui du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME, Souleymane Diarrassouba, et celui du Budget et du Portefeuille de l’État, Moussa Sanogo.

Chez les détaillants, le prix du sachet de sucre blanc est limité à 820 francs F CFA maximum le kilo à Abidjan, le paquet de 200 grammes de spaghettis Maman à 225 francs et le bidon de 10 litres d’huile de palme raffinée à 10 600 francs. Certains prix varient peuvent varier selon les régions.

À Lire Inflation : les pays africains où le coût de la vie est le plus élevé

Cet arrêté reconduit approximativement les mêmes tarifs pour les mêmes denrées fixés en juin, pour une période de trois mois. Il se