Politique

Corruption en Guinée : Mamadi Doumbouya limoge son ministre des Infrastructures

Cité dans une enquête anti-corruption, Yaya Sow a été évincé du gouvernement selon un décret lu mercredi soir sur la télévision publique. Sept de ses collaborateurs ont également été démis de leurs fonctions.

Par
Mis à jour le 17 novembre 2022 à 09:35

Mamadi Doumbouya pendant le défilé du 22 septembre 2022, à Conakry. © AP/SIPA

Yaya Sow a désormais tout le temps nécessaire pour préparer sa défense. Le ministre des Infrastructures et des Transports a été remercié en même temps que sept de ses collaborateurs, dont le secrétaire général et les responsables du Fonds pour l’entretien des routes et des marchés publics. Ces personnalités ont été entendues récemment par une commission d’investigation judiciaire de la gendarmerie.

Si les faits à l’origine de l’affaire n’ont pas été précisés, le décret lu à la télévision publique mercredi soir indique que le ministre Yaya Sow a été limogé « en raison de l’ouverture d’une enquête judiciaire devant la Cour de répression des infractions économiques et financières », la Crief. Cette juridiction anti-corruption a été mise en place par le régime de Mamadi Doumbouya.

À Lire Guinée : la justice de Mamadi Doumbouya à la poursuite d’Alpha Condé, sa famille, ses ministres et ses morts…

Pas de « chasse aux sorcières »

Les militaires qui ont pris le pouvoir avec lui en septembre 2021 ont dit vouloir faire de la lutte contre la corruption l’un de leurs grands combats et de nombreux anciens responsables sont déjà poursuivis dans ce cadre. L’ex-président Alpha Condé lui-même est visé par des charges pour corruption.

Mamadi Doumbouya s’est engagé à remettre le pouvoir à des civils élus dans un délai de deux ans à partir de janvier 2023. Il a assuré qu’il n’y aurait pas de « chasse aux sorcières » mais que la justice serait la « boussole » du pays.

(Avec AFP)