Société

Égypte – Sara Sabry : « Le jour où je suis allée dans l’espace »

Le 4 août 2022, l’Égyptienne Sara Sabry était la première femme africaine et arabe à effectuer un vol en orbite, à bord de la fusée New Shepard. Cette ingénieure, qui est aussi ambassadrice de la Journée de la femme digitale (JFD), raconte son voyage aux confins de l’atmosphère terrestre.

Réservé aux abonnés
Par - Propos recueillis par
Mis à jour le 3 décembre 2022 à 16:13

Sara Sabry. © Instagram.com/astrosarasabry

« On a décollé tôt le matin. Je me sentais calme, et j’avais l’impression que toute l’Égypte m’accompagnait. Équipée d’une combinaison de vol anti-inflammable et protectrice, j’ai vu la couleur du ciel virer du bleu clair au foncé, puis au violet et enfin au noir : c’est le seul indice qui permet de savoir qu’on est arrivé dans l’espace.

Nous sommes restés 3 minutes et 30 secondes à flotter dans la capsule, à 107 kilomètres d’altitude. Au total, le vol dure entre 11 et 12 minutes. Passé le M.E.C.O. [ndlr : Main Engine Cut-Off, moment où la fusée se sépare de ses propulseurs], on peut quitter nos sièges et ressentir l’apesanteur. J’ai passé la plupart de ce laps de temps à regarder la surface de la Terre par le hublot. À cette altitude, on distingue les contours de l’Amérique du Nord. Une alerte nous demande de retourner à nos sièges, avant que la capsule ne redescende à grande vitesse – on a l’impression alors de faire cinq fois son poids.

À Lire Satellites : l’Afrique se tourne vers les étoiles

Il m’a fallu plusieurs semaines pour m’en remettre : le cerveau ne réalise pas tout de suite ce qui s’est passé. Chez les astronautes, on appelle cela « l’effet de surplomb », un changement de perspective sur le monde provoqué par le fait de voir la Terre depuis l’espace.