Économie

Alstom : du Maroc à l’Afrique du Sud, parcours d’un leader du ferroviaire sur le continent

Au cours des prochaines années, le constructeur doit relever le défi de maintenir un rythme de contrats soutenu tout en confortant sa place de premier groupe industriel du secteur en Afrique.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 24 novembre 2022 à 12:10

Le TER de Dakar et ses quinze trains Alstom Regiolis révolutionnent la mobilité au sein de la capitale sénégalaise. © Sylvain Cherkaoui pour JA

Treize millions de passagers neuf mois après la mise en service commerciale, le 18 février. En dépit des controverses, le TER de Dakar et ses quinze trains Alstom Regiolis révolutionnent la mobilité de la capitale sénégalaise. Dans ce projet de 36 kilomètres à 1 milliard d’euros, piloté par l’agence publique Apix, le matériel roulant ne pèse qu’une faible part, 10 % environ financés par un prêt du Trésor français. Mais l’infrastructure, bientôt étendue de 19 km vers l’aéroport AIBD (dotée de sept trains supplémentaires), fait figure de référence pour Alstom et l’avenir des transports urbains en Afrique.

Tout comme pour le futur métro aérien d’Abidjan, Alstom fournira vingt trains Métropolis, la signalisation et l’intégration système sur ce projet à 1,3 milliard d’euros, réalisé notamment par Bouygues et Colas. Longtemps immobilisé du fait des « déguerpissements », le chantier s’accélère. Et Olivier Becht, ministre français délégué au Commerce extérieur, a signé le 28 octobre dernier avec Adama Coulibaly, ministre ivoirien de l’Économie, un prêt de 250 millions d’euros pour le financement du matériel roulant et l’ingénierie.

À Lire Infrastructures : le retour en force des groupes français au Sénégal

« L’exemple de ces deux capitales, qui s’ajoutent à nos réalisations en Afrique du Nord et en Afrique du Sud, est scruté dans toute la région et au-delà. La mobilité propre est un enjeu majeur pour les métropoles africaines, et Alstom considère avoir une responsabilité particulière en la matière », soutient le Sénégalais Mama Sougoufara, qui dirige la région MENAT (Middle East, North Africa & Turkey) du constructeur (voir encadré).

Tramways, métros, TER, TGV

Avant Dakar et Abidjan, Alstom a accumulé les succès en Afrique ces dernières années, sans compter l’ajout des contrats de Bombardier, acquis au début de 2021. Au Maroc, les tramways Citadis Alstom équipent les quatre lignes de Casablanca (lignes 3 et 4 remportées fin 2020) et les deux de Rabat, où Alstom se tient prêt pour une extension. Dans le royaume chérifien toujours, le TGV Al Boraq Tanger-Casablanca, avec ses douze EuroDuplex, fait figure de référence africaine de la grande vitesse, alors que l’ONCF a tout juste lancé les études pour l’extension vers Marrakech.

À Lire Rail : le Maroc à grande vitesse