Politique

Tchad : la stratégie diplomatique de Succès Masra, du Cameroun aux États-Unis

Après avoir quitté N’Djamena à la suite des manifestations du 20 octobre, l’opposant en exil entend désormais mettre en place un nouveau plan d’action. Attendu à Washington et en France, il tente aussi de rallier des chefs d’État africains à sa cause.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 16 novembre 2022 à 16:57

Succès Masra, dans son bureau au siège du parti du parti d’opposition tchadien  » Les Transformateurs « à N’djamena, le 8 avril 2021. © MARCO LONGARI/AFP

Succès Masra n’aura finalement pas prolongé son séjour au Cameroun. Selon nos sources, l’opposant tchadien a quitté le pays où il s’était réfugié après avoir fui N’Djamena au lendemain des manifestations meurtrières du 20 octobre. Le président des Transformateurs s’est ensuite mis à l’abri dans un autre pays africain, d’où il a préparé la suite de son programme d’opposition à Mahamat Idriss Déby Itno.

À Lire Tchad : Mahamat Idriss Déby Itno et Succès Masra, duel au-dessus d’une poudrière

Sa stratégie diplomatique doit le mener dès le 18 novembre à Washington. Contacté par Jeune Afrique, Succès Masra affirme qu’il a demandé à être reçu par le Département d’État, où il a sollicité Antony Blinken et sa numéro deux chargée de l’Afrique, Molly Phee. Le Tchadien a également demandé audience à la vice-présidente, Kamala Harris. Il a aussi prévu de rencontrer des parlementaires américains lors d’une visite au Congrès. Il a ainsi sollicité le sénateur Bob Menendez, président du Comité des Affaires étrangères. L’opposant a prévu de discuter avec ses interlocuteurs de la transition au Tchad qui, selon lui, aurait dû s’achever le 19 octobre dernier.

Le 20 octobre, la diplomatie américaine avait rappelé son opposition à un maintien au pouvoir de Mahamat Idriss Déby Itno et sa « préoccupation » au vu du « mépris du gouvernement pour la directive claire du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine et les engagements publics du Conseil militaire de transition selon lesquels ses dirigeants ne seraient pas candidats aux prochaines élections ».

De Yaoundé à Washington…