Politique

Coupe du monde 2022 : au Sénégal, la retransmission télé mène au clash

À quelques jours du coup d’envoi du Mondial de football au Qatar, la compétition entre E-Media Invest, New World TV et la RTS pour la diffusion des matchs est encore loin d’être réglée…

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 16 novembre 2022 à 20:20

Le footballeur sénégalais Sadio Mané, en février 2022. © Kenzo Tribouillard/AFP

À Dakar, deux médias, et non des moindres, s’affrontent depuis plusieurs mois : E-Media Invest, un groupe privé qui avait remporté initialement l’appel d’offres relatif à cette compétition au profit de sa chaîne iTV, et la Radio-télévision sénégalaise (RTS), la chaîne publique qui a été désignée par la suite comme détentrice des droits gratuits au Sénégal.

L’imbroglio entre ces deux médias avait déjà été détaillé par Jeune Afrique le 1er septembre. Mais, à l’approche du coup d’envoi de la compétition, le litige continue de s’envenimer. Un nouveau rebondissement a en effet été initié par la chaîne privée sénégalaise. Après avoir d’abord envisagé de saisir un tribunal arbitral suisse, à Zurich, pour faire valoir ses droits, comme le révélait alors Jeune Afrique, le groupe E-Media Invest s’est finalement tourné vers l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa).

À Lire Coupe du monde 2022 : au Sénégal, une attribution des droits TV qui dérange

Le 11 octobre, le président de la commission de l’organisation sous-régionale a ainsi reçu une « requête introductive d’instance en matière de concurrence ». Co-signée par les avocats sénégalais Mohamed Seydou Diagne, Moussa Sarr, El Hadji Moustapha Diouf, Mouhamadou Bamba Cissé et Simon Ndiaye, celle-ci dénonce des pratiques anticoncurrentielles qui entacheraient, selon eux, l’accord conclu in fine entre New World TV et la RTS au détriment d’E-Media Invest, accord qui bénéficierait du parapluie financier de l’État sénégalais.

La piqûre de rappel de la FIFA