Politique

Gabon : Pascaline Bongo, la justice française et les « biens mal acquis »

Pascaline Bongo, en 2008. © AFP

Dans l'affaire dite des biens mal acquis, le (pré)nom de Pascaline Bongo, fille de l'ancien président du Gabon Omar Bongo, n'a jusqu'ici jamais été cité par les médias français, ni même par les plaignants - ce qui est curieux.

Fille aînée et ex-directrice de cabinet d’Omar Bongo, son feu père, Pascaline Bongo (56 ans), qui est défendue par son amie l’avocate (et consule honoraire du Gabon à Bordeaux) Danièle Palazzo-Gauthier, craint désormais d’être inquiétée par la justice française et n’exclut pas d’être mise en examen. Considérée comme l’administratrice de la fortune et des biens de son père, elle est la seule à en connaître, dans le détail, l’étendue. Affaire à suivre.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte