Politique

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo et le désenchantement d’un camp

Après quasiment dix ans d’absence, l’ancien président rentrait enfin à Abidjan en juin 2021. Pour la première fois, certains proches évoquent leurs difficultés à trouver leur place dans les rangs de son nouveau parti.

Réservé aux abonnés
Par - envoyée spéciale à Abidjan
Mis à jour le 5 décembre 2022 à 09:10

Laurent Gbagbo lors de la célébration du premier anniversaire du Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI), à Abidjan, le 17 octobre 2022. © Issouf SANOGO/AFP

Les qualificatifs varient, mais dans le fond, tous partagent le même constat. Au fil des discussions, l’un évoque « un désenchantement », d’autres parlent « d’amertume », tandis qu’un dernier croit percevoir « une forme de nostalgie ». Un an après le lancement à Abidjan du Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI), certains cadres du nouvel instrument politique de Laurent Gbagbo témoignent aujourd’hui – sous couvert d’anonymat – de la difficulté à trouver leur place, que ce soit dans le parti ou auprès de l’ancien président.

À Lire Côte d’Ivoire : mais que veut vraiment Laurent Gbagbo ?

Cette déconvenue semble à la hauteur des années passées à œuvrer au retour de leur leader charismatique, tribun hors pair qui arpentait avec énergie les villes et villages de Côte d’Ivoire, homme politique chaleureux et tactile dont chaque déplacement provoquait l’émeute. « Il est le seul chef de l’État à avoir visité toutes les régions du pays », rappelle un intime, qui poursuit : « Aujourd’hui, il n’en est plus question. » En somme : « Le temps a fait son œuvre. Certains l’ont intégré, d’autres non. »

Manipulé ?