Politique

Cameroun : Samuel Eto’o et Narcisse Mouelle Kombi, entre détente et polémiques

Le premier est président de la Fecafoot, le second ministre des Sports. Ces deux fortes personnalités ont tout intérêt à travailler main dans la main, mais leur collaboration a plutôt tendance à faire des étincelles.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 15 novembre 2022 à 00:27

Samuel Eto’o et Narcisse Moelle Kombi. © Sipa / AFP / Montage JA

LE MATCH DE LA SEMAINE – En décembre 2021, Narcisse Mouelle Kombi ne voyait pas d’un bon œil l’élection de Samuel Eto’o à la tête de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot). Le ministre des Sports et de l’Éducation physique dut néanmoins dissimuler cette réticence. Ce fin politique savait qu’il avait tout à perdre dans une opposition frontale avec le très populaire ancien footballeur. Les deux hommes étant originaires de la région du Littoral, la base politique du ministre ne lui aurait pas pardonné, à lui l’aîné, les dégâts d’une guerre fratricide. La cohabitation était donc mal engagée… Et la suite fut à l’avenant.

À Lire Cameroun : Samuel Eto’o veut-il aller trop vite et trop loin ?

C’est pendant la CAN TotalEnergie de janvier dernier au Cameroun que le premier clash se produit. Pour préserver l’équipe nationale des contaminations au Covid-19, Eto’o édicte un protocole d’accès aux Lions indomptables applicable à tout visiteur, quel qu’il soit. Il en informe le ministre qui venait d’annoncer une visite dans la « Tanière », en lui rappelant qu’il devra lui aussi se soumettre aux tests anti-Covid exigés. Mouelle n’apprécie pas et annule sa visite. Ce chef traditionnel du village Bona’Anja Siga Bonjo, dans le canton Wouri-Bwélé, ne supporte pas que l’ancien footballeur lui tienne tête.

Correspondances musclées