Économie

Eve Bazaïba Masudi : « La RDC a du pétrole sous les pieds, pourquoi ne pas l’exploiter ? »

Alors que la COP27 de Charm el-Cheikh vient de s’achever, la ministre congolaise de l’Environnement revient sur les enjeux relatifs à l’exploration pétro-gazière dans le bassin du Congo, pour The Africa Report/Jeune Afrique.

Réservé aux abonnés
Par - envoyée spéciale à Charm el-Sheikh
Mis à jour le 22 novembre 2022 à 10:08

Eve Bazaiba Masudi est à la tête du ministère de l’Environnement de la RDC depuis le remaniement du 12 avril 2021. © Présidence de RDC

La forêt tropicale recouvre près de 60 % de la RDC, dont une grande partie du bassin du Congo – le deuxième plus grand espace de forêts tropicales du monde après l’Amazonie. C’est également la seule grande forêt tropicale qui absorbe plus de carbone qu’elle n’en émet, ce qui explique pourquoi les projets d’exploration d’une partie de celle-ci par le gouvernement en vue de l’exploitation d’hydrocarbures suscitent beaucoup de réticences de la part de l’Occident. Mais le gouvernement congolais dit avoir besoin autant « d’oxygène que de pain », comme l’explique Eve Bazaïba Masudi, vice-Première ministre de la RDC, à The Africa Report/Jeune Afrique.

Le financement des projets d’énergie renouvelable en Afrique aura été un point essentiel de la COP27 qui vient de refermer ses portes à Charm el-Cheikh. Le décalage entre ce qui doit être fait et les ressources nécessaires pour l’atteindre est en permanence au centre du débat. L’autre aspect de ce débat est l’exploitation des ressources déjà disponibles pour le développement du gaz et du pétrole afin de contribuer à la relance des économies africaines.

>>> A lire sur The Africa Report : Oil & Gas: As much as we need oxygen, we also need bread, says DRC’s Masudi <<<

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a déclaré à de nombreuses reprises que « la dépendance mondiale aux combustibles fossiles doit cesser ». Lors de la COP27, il a précisé que « […] les économies émergentes sont également essentielles pour infléchir la courbe des émissions mondiales ».

Au mois d’août dernier, le président de la RDC, Félix Tshisekedi, a lancé un appel d’offres pour l’exploitation de 27 blocs pétroliers et gaziers qui pourraient produire jusqu’à 22 milliards de barils de pétrole et 66 milliards de mètres cubes de gaz naturel. Dans ce contexte, Eve Bazaiba Masudi, qui est également ministre de l’Environnement et du Développement durable, a répondu à nos questions.

la forêt, c’est notre garde-manger.

The Africa Report/Jeune Afrique : Dans un contexte où l’exploration des découvertes d’hydrocarbures comme moteur des économies africaines est sujette à débat, la RDC vient de lancer un nouvel appel d’offres pour 30 blocs pétroliers et gaziers. Où en êtes-vous