Politique

Tchad : le rapport à charge de Moussa Faki Mahamat contre Mahamat Idriss Déby Itno

Le président de la Commission de l’Union africaine s’apprête à soumettre un rapport à la prochaine session du Conseil de paix et de sécurité, ce 11 novembre. Il y désavoue la décision de la CEEAC de nommer Félix Tshisekedi facilitateur du processus de transition au Tchad et tire à boulets rouges sur le régime de N’Djamena.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 10 novembre 2022 à 17:14

Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat. © Vincent Fournier/JA

Dans un message transmis le 8 novembre à son homologue namibien, Hage Geingob, via son ambassadeur à Windhoek et dont Jeune Afrique s’est procuré copie, le président congolais, Félix Tshisekedi, a explicitement demandé à ce que son pays soit invité à participer à la session du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) – dont la Namibie assure la présidence pour ce mois de novembre – prévue pour le 11 novembre à Addis-Abeba.

À Lire Tchad : Mahamat Idriss Déby Itno, Félix Tshisekedi, Denis Sassou Nguesso… Les coulisses du sommet de la CEEAC

La situation au Tchad sera en effet le principal sujet abordé par les quinze membres du CPS, organe décisionnel permanent de l’UA pour tout ce qui concerne la prévention, la gestion et le règlement des conflits, et Félix Tshisekedi, qui a été désigné par ses pairs d’Afrique centrale réunis à Kinshasa le 25 octobre comme « facilitateur du processus de transition en République du Tchad », estime que, « compte tenu du principe de subsidiarité », la décision le nommant à ce poste doit être « respectée par l’Union africaine ». Or, si l’on en juge par la teneur du rapport qui sera soumis le 11 novembre au CPS par le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, ce n’est manifestement pas le cas.

Menace de sanctions