Économie

Franc CFA-Euro : la parité fixe, facteur de la résilience des économies de l’Uemoa et de la Cemac

Le rapport annuel de la Banque de France sur les Coopérations monétaires Afrique-France (CMAF) insiste sur le fait que la robustesse des francs CFA d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale a participé à absorber une partie des chocs économiques successifs.

Réservé aux abonnés
Par - à Ouagadougou
Mis à jour le 18 novembre 2022 à 11:59

Des billets de franc CFA, le 25 juillet 2022 à Yaoundé. © Ludovic Marin/AFP

Les pays africains de la zone franc doivent-ils se réjouir d’avoir une monnaie robuste ? Dans son dernier rapport sur la Coopération monétaire Afrique-France (CMAF), la Banque de France répond par l’affirmative. Selon l’institution émettrice hexagonale, le franc CFA utilisé par les pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) et ceux de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) soutient la reprise économique dans ces deux zones. « Pour 2022 et 2023, les perspectives économiques des zones franc sont très positives », explique le document, rendu public le 10 novembre. 

À Lire Quelle reprise pour les économies africaines en 2022 ?

Notant, pour l’Uemoa, que le déficit budgétaire, quoiqu’élevé à 5 468 milliards de francs CFA (8,3 milliards d’euros) en 2021, soit 5,5 % du PIB, reste stable par rapport à l’année précédente et que la dette publique, certes en hausse de 4,8 points sur la même période à 54,9 % du