Économie

Tunisie : Novartis, GSK, Bayer… Les géants de la pharma quittent le navire

Les trois multinationales pharmaceutiques vont quitter la Tunisie. Elles reprochent à l’État de ne pas payer ses factures. D’autres géants pourraient suivre, aggravant la pénurie de médicaments vitaux.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 14 novembre 2022 à 11:54

Novartis, GSK et Bayer vont quitter la Tunisie, reprochant à Tunis de ne pas s’acquitter de ses factures. © DIGICOMPHOTO/SCIENCE PHOTO LIBRA / FCA / Science Photo Library via AFP

Les géants pharmaceutiques Novartis (Suisse), GlaxoSmithKline (GSK, Grande-Bretagne) et Bayer (Allemagne) cesseront leurs activités commerciales en Tunisie d’ici à la fin de l’année. « C’est déjà le cas pratiquement. Leurs bureaux sont vides, à part un ou deux employés pour clôturer les dossiers. Je croise beaucoup de salariés qui ont déjà touché leurs primes de licenciement et qui cherchent à se recaser », raconte un cadre d’un laboratoire pharmaceutique tunisien.

Dans un communiqué du 8 novembre, le Sephire (Syndicat des entreprises pharmaceutiques innovantes et de recherche), rassemblant 20 laboratoires pharmaceutiques, s’alarme du désinvestissement de ces multinationales, prévenant que « d’autres pourraient suivre ». Selon nos informations, AstraZeneca (Grande-Betagne) a réduit de moitié son équipe commerciale ces derniers mois.

Mauvais pour l’image du pays

Pour l’heure, il ne s’agit