Culture

Djibouti : Malika Louback, molécules de béton et Louboutin

Ingénieure en science des matériaux et top-modèle internationale, « la Djiboutienne » comme on l’appelle, a conquis le monde de la mode. Rencontre.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 16 décembre 2022 à 16:32

Campagne de la maison de couture italienne Versace pour sa collection Holiday 2021 célébrant les sports d’hiver. © Versace via Bestimage

Lorsque ses professeurs de collège demandaient à Malika Louback le métier qu’elle voulait faire plus tard, elle répondait sans l’ombre d’une hésitation : « Ingénieure et mannequin djiboutienne ». Elle sera l’une et l’autre. Si, dans le premier cas, la spécialité semblait peu lui importer à l’époque (elle sera ingénieure en matériaux et ingénierie des surfaces), dans le second, la précision lui a toujours paru essentielle. Lors de ses premiers castings, à la fin de 2019, Malika Louback ne cessait de répéter : « Je ne suis pas éthiopienne, je suis djiboutienne ». Et fière de l’être. Au point de donner des cours de géographie à ses camarades de plateau entre deux séances photos. Trois ans plus tard, toute l’industrie de la mode sait placer son pays sur une carte.