Économie

Finance : ce que Wall Street reproche à Jumia

Sous la pression d’investisseurs, la plateforme d’e-commerce a acté le départ de ses deux fondateurs. Elle procède désormais à un recentrage sur le continent et sur son cœur de métier, en visant la rentabilité à tout prix.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 16 novembre 2022 à 09:49

Présentée comme africaine, la plateforme d’e-commerce Jumia est enregistrée en Allemagne et ses dirigeants sont, pour la plupart, basés à Dubaï. © ISSOUF SANOGO / AFP.

« Vous savez ce que j’ai remarqué ? Personne ne panique quand les choses se passent “conformément au plan”. Même quand ce plan est épouvantable », feint de s’étonner le personnage du Joker dans The Dark Knight (2008). Sacha Poignnonec, co-DG de Jumia, pariait-il sur cette logique, le 10 août, lorsqu’il tentait de rasséréner les analystes de Wall Street ? « Les fondements de notre activité n’ont jamais été aussi solides », insistait l’ancien de McKinsey, cofondateur avec Jérémy Hodara du spécialiste de l’e-commerce en Afrique.

Il faut croire que le conseil d’administration du groupe ne partageait pas l’assurance des deux entrepreneurs. Le 7 novembre, il a annoncé leur départ et la nomination comme patron par intérim de Francis Dufay, DG de Jumia en Côte d’Ivoire depuis huit ans.

À Lire E-commerce : « Le modèle grand public d’Amazon ou de Jumia ne peut pas réussir en Afrique »

Les signes d’exaspération ne manquaient pas depuis plusieurs mois maintenant. Lors de l’échange