Économie

Cacao : l’ultimatum de l’alliance Côte d’Ivoire-Ghana à l’industrie du chocolat

Les deux premiers producteurs mondiaux de cacao accroissent la pression sur les acheteurs de fèves pour obtenir une meilleure rémunération des planteurs.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 9 novembre 2022 à 11:50

Dans la plantation de M’Brimbo, village près de Tiassalé, à quelque 120 km au nord-ouest d’Abidjan, en avril 2021. © Photo by Issouf SANOGO / AFP

Hausser le ton pour obtenir satisfaction. Tel est le pari que fait le tandem Côte d’Ivoire-Ghana, assurant plus de 60 % de l’approvisionnement mondial d’or brun, pour parvenir à une meilleure rémunération de ses cacaoculteurs.

À Lire Côte d’Ivoire-Ghana : cinq questions pour comprendre la bataille autour du cacao

Le bras de fer, engagé en 2018 avec la création d’une alliance entre les deux pays, se durcit ces dernières semaines. Après avoir boycotté une réunion de la filière fin octobre à Bruxelles, « l’Opep du cacao » vient de poser un ultimatum au secteur.

Interdire l’accès aux plantations