Économie

Finances : que devient le Fonds souverain djiboutien ?

Deux ans après sa création, le Fonds souverain de Djibouti (FSD) entre enfin en action. Son premier financement, de 35 millions de dollars, va au développement d’un parc solaire dans le désert du Grand Bara, confié à l’émirati Amea Power.

Réservé aux abonnés
Par - Envoyé spécial
Mis à jour le 16 novembre 2022 à 14:43

Le Tunisien Slim Feriani, directeur général du Fonds souverain de Djibouti (FSD). © DR

Grippé depuis son lancement, le 29 juin 2020, par la pandémie de Covid-19, puis par le départ précipité de son directeur général, le Sénégalais Mamadou Mbaye, le Fonds souverain de Djibouti (FDS) entre enfin en action. Il a fallu trouver un remplaçant à l’ancien président du Fonds souverain d’investissements stratégiques du Sénégal (Foncis), exfiltré de Djibouti après un audit de l’inspection générale de l’État, quelques mois seulement après sa prise de fonctions : c’est chose faite depuis décembre 2021, avec la nomination, par le board du FSD, de Slim Feriani, ancien ministre tunisien de l’Industrie (de 2017 à 2020).

Certes, le passé politique de ce dernier lui vaut d’être encore dans le collimateur de la justice tunisienne, mais le FSD semble en tout cas sortir de la zone de turbulences. Le temps est donc venu de « se concentrer sur les perspectives », ainsi que le souligne Ilyas Moussa Dawaleh, le ministre djiboutien de l’Économie et des Finances qui, comme ses compatriotes, attend du nouveau directeur général du FSD « une gouvernance exemplaire ».

À Lire Djibouti l’ambitieuse, un modèle pour le continent ?