Économie

Djibouti au secours de la Corne de l’Afrique

Après avoir fait transiter le matériel de lutte anti-Covid destiné à la sous-région, le pays a réceptionné en septembre le premier navire chargé de blé ukrainien à rallier le continent, et confirme son rôle de base logistique humanitaire régionale. Reportage.

Réservé aux abonnés
Par - Envoyé spécial
Mis à jour le 24 novembre 2022 à 15:32

Le vraquier Brave Commander, venu d’Ukraine avec à son bord 23 000 tonnes de blé, à quai à Djibouti, début septembre 2022. © WFP

Le 30 août, le port de Djibouti a été au cœur de l’actualité avec la réception dans ses vieux bassins du Brave Commander. Le vraquier battant pavillon libanais avait quitté le port ukrainien de Pivdenny le 17 août au matin, avec à son bord 23 000 tonnes (t) de blé destinées à l’Éthiopie, première livraison du genre pour l’Afrique. Déchargée en moins de 72 heures à Djibouti, la cargaison est arrivée le 7 septembre en Éthiopie, permettant à 1,5 million de personnes touchées par la situation dans le Tigré de s’alimenter pendant un mois.

Selon les Nations unies, depuis le 22 juillet et la levée de l’embargo, une trentaine de navires ont réussi à quitter la mer Noire pour livrer près de 1 million de t de céréales en Europe, en Asie, au Moyen-Orient… Seul le Brave Commander a rallié l’Afrique, dont l’approvisionnement d’urgence est pris en charge par l’ONU à travers son antenne du Programme alimentaire mondial (PAM), sur financement de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID). Cette dernière a débloqué 68 millions de dollars pour l’achat de 563 000 t de céréales ukrainiennes.

À Lire Céréales ukrainiennes : quels enjeux pour l’Afrique après une nouvelle crise ?

Un deuxième chargement, de 37 000 t de blé cette fois, a pu rejoindre le Yémen courant septembre. C’est tout ce que la région a reçu jusqu’à présent, alors que les Russes menacent un peu plus chaque jour de fermer le robinet.

Cinq ans de terrible sécheresse