Société

Comores : pour l’ancien président Sambi, le compte à rebours a commencé

Placé en détention provisoire depuis cinq ans, l’ex-chef de l’État devrait comparaître dans les prochains jours pour haute trahison devant la Cour de sûreté de l’État. Un rebondissement inattendu, dans lequel son avocat voit « une manœuvre » du président Azali Assoumani.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 8 novembre 2022 à 16:10

L’ancien président de l’Union des Comores Ahmed Abdallah Sambi, le 23 janvier 2015. © Ibrahim Youssouf/AFP

Azali Assoumani est un homme de parole. En août, lors de son passage à Paris, le chef de l’État comorien avait déclaré à Jeune Afrique qu’il espérait que le procès de l’ancien président Ahmed Abdallah Sambi puisse avoir lieu « avant la fin de cette année ». Il semble désormais que ce jugement soit imminent : même s’il n’a toujours pas, à cette heure, reçu la moindre convocation, son avocat, Ahamada Mahamoudou, a fait le voyage jusqu’à Moroni dans la nuit du lundi 7 novembre pour préparer son client. Ce dernier est placé en détention provisoire depuis cinq ans, et ce en dehors de tout cadre légal depuis le 20 avril 2019.

À Lire Comores : flagrant déni de justice pour l’ex-président Sambi ?