Politique

Sénégal : le député « centriste » Pape Diop jette l’éponge

Après avoir oscillé entre opposition et majorité au lendemain des législatives, Pape Diop, du parti Convergence Bokk Gis Gis, a finalement démissionné de l’Assemblée nationale.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 8 novembre 2022 à 08:15

Pape Diop, l’ancien maire de Dakar, le 23 janvier 2022. © Sylvain Cherkaoui pour JA

Quand Pape Diop résume son parcours de député à l’Assemblée nationale sénégalaise, il vaut mieux préparer, préventivement, un Alka Seltzer. Car le récit donne parfois la migraine et vous oblige à lui faire répéter la somme d’allers-retours – élections, démissions, changement de parti… – qui ont jalonné sa longue expérience de parlementaire. Lui-même se revendique « recordman » du nombre de mandats successifs dans l’hémicycle. Il y aura en effet été élu à chacune des élections législatives tenues au Sénégal depuis 1993.

Pourtant, ce 4 novembre, Pape Diop, élu trois mois plus tôt, a fait savoir au président de l’Assemblée nationale, Amadou Mame Diop, qu’il démissionnait de son poste de député. Son suppléant au sein de la Convergence Bokk Gis Gis, Aliou Sow, ayant été nommé au gouvernement, c’est donc le porte-parole du mouvement, Moussa Diakhaté, qui lui succédera au cours de la législature qui vient de s’ouvrir.

Convenances personnelles