Politique

Centrafrique : Bozizé et le verrou constitutionnel

François Bozizé, président de Centrafrique. © AFP

François Bozizé renouvellerait bien son mandat à la tête de l'État en 2016. Seul soucis : la constitution ne le lui permet pas, à moins de la modifier.

Les 24 et 25 novembre à Boali, François Bozizé, le président de Centrafrique, a convié les députés du parti au pouvoir (le KNK) à débattre de son éventuelle candidature à la présidentielle de 2016. Pour pouvoir briguer un troisième mandat, il envisage de faire modifier par voie parlementaire les articles 24 et 108 de la Constitution. Problème : le texte actuel stipule que le nombre et la durée des mandats présidentiels ne sont pas révisables. Pour faire passer la mesure, le pouvoir pourrait en même temps soumettre aux députés d’autres modifications constitutionnelles comme la création d’un Sénat, l’abolition de la peine de mort ou la refonte du code électoral.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte