Culture

De Drake aux « Kassos », les Marocains fatigués d’être la cible de clichés éculés

Les stéréotypes sur le royaume ont la vie dure en Occident. À la grande colère des internautes marocains qui n’ont pas manqué de réagir, notamment à l’égard de la France.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 14 novembre 2022 à 09:46

Le rapeur Drake à Long Beach, en Californie, le 30 octobre 2022. © Amy Sussman/Getty Images via AFP

Depuis la sortie, le 4 novembre, de son nouvel album, co-signé par le Britannique 21 Savage, le rappeur canadien Drake est sous le feu des critiques des internautes marocains. En cause, les paroles du morceau Jumbotron Shit Poppin, jugées insultantes envers les femmes du royaume chérifien. À raison, puisque la superstar nord-américaine évoque nommément les Marocaines avec une misogynie très assumée. « Thick Moroccan bitch, this is my fav’, I’ma go on and beat it », déclame-t-il dans ce morceau. Soit, littéralement, « une grosse salope marocaine, c’est ce que je préfère, je vais y aller et me la taper. »

À Lire « Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse », de Michel Ocelot : un humanisme plombé par les clichés

De quoi scandaliser la Toile marocaine, qui appelle à signaler le rappeur avec le hashtag #BoycottDrake pour ses « propos insultants et dégradants sur la femme marocaine », et à « respecter » le royaume chérifien. « Je déteste Drake. Pourquoi contribuer à la sexualisation des femmes marocaines ? Laisse-nous tranquilles », s’indigne une internaute dans un Tweet, le 5 novembre.

Des polémiques de plus en plus fréquentes