Économie

COP27 : « pertes et dommages » financiers, un sujet déjà controversé

La conférence des parties a démarré avec retard, le temps que les participants s’accordent sur le sujet des « pertes et dommages ». Les pays du Sud se retrouvent en première ligne des impacts de la crise climatique, sans en être les principaux responsables.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 8 novembre 2022 à 10:47

Le président de la COP27, Sameh Shoukry, lors d’une conférence de presse organisée à l’issue de la cérémonie d’ouverture de la COP27, Charm el-Cheikh, le 6 novembre 2022. © JOSEPH EID/AFP

L’officialisation de l’ordre du jour de la COP a été âprement discuté, si bien que le coup d’envoi en a été retardé. Les discussions portaient sur la formulation « pertes et dommages », un sujet récurrent pour les pays qui sont en première ligne des conséquences du réchauffement climatique, sans en être responsables.

>> À lire sur The Africa ReportEgypt COP 27 : Loss & Damage officially on agenda, what is it and why is it so contentious ?

« Cette question nous préoccupe depuis un certain nombre d’années. Il y a eu des réserves quant à son étendue et aux responsabilités qui pourraient être pointées, [après] l’ajout [officiel] de ce point à l’ordre du jour », a déclaré Sameh Shoukry, ministre égyptien des Affaires étrangères et président de la COP27. Avant d’ajouter qu’il y avait eu un « changement dans les positions de six délégations qui avaient des réserves ».

Pourquoi cette question fait-elle tant de remous ?

Résilience

Pour l’Afrique en particulier, l’impact du réchauffement climatique est une priorité depuis plus d’une décennie, même si cela ne s’est jamais vraiment concrétisé par de grandes décisions, explique Chris Vandome, chargé de recherche au Programme Afrique du think tank londonien Chatham House.

À Lire Climat : la COP27, le sommet de la rupture ?