Économie

Sénégal : Macky Sall baisse le loyer et les prix des denrées

Le président sénégalais Macky Sall a annoncé dimanche 6 novembre une baisse du loyer, en hausse de « plus de 200% » en huit ans, ainsi que des prix de denrées pour soulager les ménages confrontés à une inflation galopante.

Par
Mis à jour le 7 novembre 2022 à 12:59

Le président sénégalais Macky Sall, en mai 2021 à Paris. © Stephane Lemouton/POOL/REA

Le président Macky Sall a annoncé à la télévision publique des mesures de baisse relatives au logement, au riz, à l’huile, au sucre ou encore aux fournitures scolaires. Cette décision a été prise à l’issue d’une rencontre sur la consommation samedi soir à Dakar, en présence des commerçants et des industriels, et alors que la période post-covid et la guerre en Ukraine ont renchéri le coût de nombreux produits.

À Lire Sénégal – Huile, riz, sucre : 76 millions d’euros de subventions contre l’inflation

La baisse est de 5% pour les loyers de plus de 500 000 FCFA (750 euros), de 10% pour ceux allant de 300 000 FCFA (457 euros) à 500 000 FCFA et de 20% pour ceux inférieurs ou égaux à 300 000 FCFA. Cette dernière catégorie concerne la plus grande partie des ménages au Sénégal, où le salaire minimum est d’environ 75 euros.

« Les loyers ont augmenté de plus de 200% »

Le coût élevé du loyer se fait particulièrement sentir à Dakar. La capitale sénégalaise, où manquent des milliers de logements, abrite près de quatre millions d’habitants, soit près du quart de la population sénégalaise, estimée à plus de 17 millions d’habitants.

« Les loyers ont augmenté de plus de 200% depuis la dernière tentative de baisse (en 2014) alors que les coûts de la construction n’ont évolué que de l’ordre 45% », a déclaré à la presse Macky Sall.

À Lire Inflation : les pays africains où le coût de la vie est le plus élevé

En 2014, le Parlement sénégalais avait adopté une loi pour alléger les charges des locataires les pauvres. Le texte mettait en place une réduction obligatoire de 29% des loyers inférieurs à 150 000 francs CFA (227 euros). Mais elle n’avait pas été suivie de l’effet escompté.

« Des arrêtés seront pris et les prix seront appliqués d’ici mercredi ou jeudi », a déclaré dimanche le ministre du Commerce Abdou Karim Fofana sur la radio privée RFM.

(Avec AFP)