Politique

Coup d’envoi de la COP27 en Égypte pour tenter de réveiller le combat pour le climat

La conférence mondiale de l’ONU sur le climat s’est ouverte dimanche à Charm el-Cheikh, en Égypte, pour tenter de donner un nouveau souffle à la lutte contre le réchauffement climatique et ses impacts, pour lesquels les pays du Sud réclament des dédommagements financiers.

Par
Mis à jour le 6 novembre 2022 à 12:01

La COP27 s’est ouverte en Egypte le 6 novembre 2022. © AFP PHOTO / HO / EGYPTIAN PRESIDENCY OF COP27

« L’Égypte ne s’épargnera aucun effort », a promis en ouverture le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukry, qui préside la COP27. « Nous devons être clairs, aussi difficile que soit le moment actuel, l’inaction équivaut à de la myopie et ne peut que retarder la catastrophe climatique », a renchéri le président sortant de la précédente COP à Glasgow, Alok Sharma.

Cette 27e conférence de l’ONU sur le climat (COP27) rassemblera quelque 200 pays pour deux semaines, au chevet d’une planète frappée par les catastrophes.

À Lire Inondations, sécheresses, montées des eaux… Ce que le rapport du Giec dit sur l’Afrique

Une question de survie pour l’humanité

Le combat pour le climat est une « question de vie ou de mort, pour notre sécurité aujourd’hui et pour notre survie demain », a insisté récemment le secrétaire général de l’ONU, António Guterres. La conférence « doit poser les fondations pour une action climatique plus rapide et plus courageuse, maintenant et pendant cette décennie qui décidera si le combat pour le climat est gagné ou perdu », a-t-il mis en garde.

À Lire Crédits carbone : droit à polluer ou levier de lutte contre le changement climatique ?

Les émissions de gaz à effet de serre doivent en effet baisser de 45% d’ici 2030 pour avoir une chance de limiter le réchauffement à 1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle, objectif le plus ambitieux de l’accord de Paris.

Vers un catastrophique +2,8°C

Mais les engagements actuels des États signataires, s’ils étaient enfin respectés, entraîneraient une hausse de 5 à 10%, mettant le monde sur une trajectoire au mieux de 2,4°C d’ici la fin du siècle. Loin de respecter l’objectif principal de l’accord de Paris de moins de 2°C par rapport à l’époque où les humains ont commencé à brûler à grande échelle les énergies fossiles (charbon, pétrole ou gaz) responsables du réchauffement.

À Lire COP27 : l’appel de Sameh Shoukry à passer enfin de la parole aux actes

Avec les politiques menées actuellement, c’est un catastrophique +2,8°C qui se profile. « Pitoyablement pas à la hauteur », a fustigé António Guterres, qui déplore que le climat ait été relégué au second plan par l’épidémie de Covid, la guerre en Ukraine, les crises économique, énergétique et alimentaire.

« Aucune piste crédible » pour tenir l’objectif de 1,5°C

« Il y a eu des moments périlleux auparavant », comme la sortie des États-Unis de l’accord de Paris sous la présidence de Donald Trump, note Alden Meyer, du centre de réflexion E3G. Mais « je n’ai jamais rien vu de tel », ajoute l’observateur de longue date des négociations sur le climat, décrivant une « tempête parfaite ».

Dans ce contexte, malgré les engagements pris à la COP26, seuls une vingtaine de pays ont relevé leurs objectifs, et l’ONU ne voit « aucune piste crédible » pour tenir l’objectif de 1,5°C.

Plus de 120 chefs d’État et de gouvernement sont attendus lundi et mardi pour un sommet censé donner une impulsion à ces deux semaines de négociations. Sans toutefois le président chinois Xi Jinping ni l’Américain Joe Biden, qui passera rapidement à la COP le 11 novembre.

Alors que la coopération est cruciale entre les deux principaux émetteurs mondiaux de gaz à effet de serre aux relations tendues, ils pourraient toutefois se rencontrer à Bali la semaine suivante en marge du G20. Un G20 responsable de 80% des émissions mondiales, dont les membres les plus riches sont accusés de ne pas assumer leurs responsabilités en matière d’ambition et d’aide aux pays en développement.

Ressentiment

Le ressentiment des pays les plus pauvres, pas responsables du réchauffement mais en première ligne de ses impacts, sera d’ailleurs au coeur de la COP27.

À Lire RDC – Tosi Mpanu Mpanu : « Nous ne pouvons pas privilégier l’action climatique si la pauvreté tue nos populations »

La promesse des pays du Nord de porter à 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 leur aide aux pays du Sud pour réduire leurs émissions et se préparer aux impacts n’est toujours pas tenue. Et le Sud réclame désormais un financement supplémentaire dédié aux « pertes et dommages » déjà subis.

Mais les pays développés sont très réticents, et n’ont accepté l’an dernier que la création d’un « dialogue » sur la question, prévu jusqu’en 2024. Ils ont toutefois concédé que le sujet soit officiellement à l’ordre du jour à Charm el-Cheikh et la question a été ajoutée à l’agenda officiel ce dimanche 6 novembre.

À Lire Finance climatique : les banques vertes sont-elles la solution ?

« On jugera du succès ou de l’échec de la COP27 sur un accord sur cette facilité de financement des pertes et dommages », a prévenu Munir Akram, ambassadeur du Pakistan à l’ONU et président du G77+Chine, qui représente plus de 130 pays émergents et pauvres.

Greenwashing

Accord ou non, les besoins de financement se comptent en « milliards de milliards », indique Michai Robertson, négociateur pour l’Alliance des petits États insulaires (Aosis), jugeant que ce sera impossible sans le secteur privé.

Les engagements du secteur privé seront aussi sous les projecteurs avec la publication du rapport du groupe d’experts de l’ONU chargé d’élaborer des normes pour évaluer les objectifs de neutralité carbone des entreprises, villes, régions ou investisseurs.

Parce que « notre monde ne peut plus se permettre de greenwashing, de faux-semblants et de retardataires », a souligné António Guterres.

(Avec AFP)