Économie

Air Côte d’Ivoire, Royal Air Maroc, Air Sénégal : les compagnies africaines au défi de la formation

Dans un contexte mondial de pénurie de main-d’œuvre affectant le secteur aérien, les compagnies du continent, qui se révèlent souvent moins attractives pour les professionnels internationaux, ont plus que jamais besoin de disposer de leur propre vivier de talents nationaux.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 21 novembre 2022 à 12:25

Ethiopian Airlines est l’une des seules compagnies africaines à disposer de son propre centre de formation. © Ethiopian Aviation Academy

« La demande de pilotes dépassera l’offre dans la plupart des régions du monde entre 2022 et 2024 – et continuera de s’aggraver au cours de la prochaine décennie. Nous prévoyons maintenant que l’aviation mondiale manquera de près de 80 000 pilotes d’ici 2032, en l’absence d’une baisse de la demande future et/ou d’efforts vigoureux de la part de l’industrie pour renforcer l’offre de pilotes », écrivent Geoff Murray et Rory Heilakka, associés du cabinet de conseil américain Oliver Wyman, dans une note datée de juillet 2022.

Pour l’instant, cette pénurie touche essentiellement les États-Unis, qui ont usé et abusé des licenciements et des mises à la retraite anticipée au plus fort de la crise du Covid, et qui font face à une reprise plus rapide que prévu.

À Lire Sénégal : pourquoi les pilotes de Tunisair s’envolent vers Dakar

Salaires souvent moins élevés

Mais la situation finit forcément par avoir des répercussions en Afrique où « le nombre de pilotes locaux étant inférieur aux besoins, la plupart des compagnies ont massivement recours à des pilotes expatriés », comme l’explique à Jeune Afrique Romain Ekoto, responsable de l’aviation à la Banque africaine de développement (BAD).

« Aux États-Unis, en Europe, l’aéronautique recrute de nouveau à tour de bras, mais la pénurie de talents contraint à une surenchère des salaires et les entreprises duc secteur débauchent à qui mieux mieux les salariés de la concurrence… Il est difficile pour les sociétés africaines de rivaliser », relève Alexandra Guillot, spécialiste du recrutement dans le secteur de l’aérien, basée au Cap.

À Lire Mesfin Tasew (Ethiopian Airlines) : « Nous voulons bâtir un groupe qui supporte toutes les activités liées à l’aérien »