Politique

Maroc-Algérie : les sommets arabes de la discorde

Au dernier sommet de la Ligue arabe, les relations tumultueuses entre Alger et Rabat ont éclipsé tout le reste. Mais les deux frères ennemis ne font que renouer avec une longue tradition de grand-messes panarabes mouvementées et rocambolesques. Récit.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 4 novembre 2022 à 14:19

Nasser Bourita et Abdelmajid Tebboune, Alger le 1er novembre 2022© AL24News Nasser Bourita et Abdelmajid Tebboune, Alger le 1er novembre 2022 © AL24News

Après deux années de report, les travaux du 31e sommet de la Ligue arabe, organisé à Alger, ont finalement eu lieu et pris fin ce 2 novembre. Sans surprise, cette rencontre a surtout été marquée par la relation ultra-conflictuelle entre les deux voisins du Maghreb, le Maroc et l’Algérie, et ce avant même le lancement officiel de celle-ci.

À Lire Ligue arabe : Maroc ou Algérie, les États membres doivent choisir leur camp

Faux retour anticipé du chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita ; accueil minimaliste, voire vexatoire de la délégation marocaine par les autorités algériennes (dont un placement en bout de table lors du dîner officiel) ; comportement très suspect d’un garde du corps algérien qui aurait tenté d’enregistrer discrètement les conversations de l’entourage du ministre marocain ; carte du royaume tronquée diffusée sur la chaîne gouvernementale AL24 ; annulation de la participation du roi Mohammed VI « pour des considérations bilatérales et régionales »… Les meilleurs ennemis, au caractère résolument méditerranéen, ne se seront décidément rien épargnés.

In fine, nombreux sont ceux qui préfèreront retenir la rencontre (tant attendue) entre Nasser Bourita et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, lors de l’ouverture du sommet, où leur poignée de main était très cordiale et les sourires éminemment chaleureux. Mais aussi l’invitation adressée par le souverain marocain au président Tebboune afin que celui-ci se rende au Maroc pour « dialoguer ».

À Lire Maroc-Algérie : quand Mohammed VI convie le président Tebboune à Rabat, les dessous d’une invitation

En attendant un éventuel rapprochement entre les deux pays, tous ces retournements de situation (en moins de 48h) font écho aux grandes heures des sommets panarabes du siècle dernier, particulièrement agités et trépidants. JA a remonté le temps. Florilège.