Politique

Burkina : dix choses à savoir sur Kyélem Apollinaire de Tambèla, Premier ministre de transition

À la surprise générale, il a été nommé Premier ministre par Ibrahim Traoré le 21 octobre dernier. Cet avocat catholique, fervent partisan de l’idéologie de Thomas Sankara, est un iconoclaste.

Réservé aux abonnés
Par - à Ouagadougou
Mis à jour le 7 novembre 2022 à 15:56

JAD20221102-ASS-10-CHOSES-PM-BURKINA Apollinaire Kyelem de Tambela, Premier ministre du Burkina Faso sous la présidence du capitaine Traoré © Présidence du Faso / Montage JA

DIX CHOSES À SAVOIR SUR – Qui aurait misé sur lui ? S’il était populaire pour ses interventions régulières dans les médias burkinabè, quasiment personne n’aurait imaginé Kyélem Apollinaire de Tambèla à un tel poste politique. Pourtant, c’est bien lui qu’Ibrahim Traoré a choisi pour conduire le gouvernement de transition, vingt jours après son putsch. Une mission particulièrement périlleuse alors que le Burkina Faso traverse une période délicate, entre coups d’État et violences jihadistes.

À Lire Burkina Faso : la mission (presque) impossible du capitaine Traoré

Décrit comme intransigeant, cet avocat catholique inspiré par l’idéologie de Thomas Sankara a néanmoins accepté de relever le défi.

1. Séminariste

En 1971, Kyélem Apollinaire de Tambèla entre au petit séminaire Saint Augustin de Baskouré, un établissement diocésain d’enseignement secondaire et de formation sacerdotale situé au centre-est du Burkina Faso et connu pour être un bastion du catholicisme dans le pays, par ailleurs majoritairement musulman.

2. Nom amélioré

Le nom complet du Premier ministre est Kyélem de Tambèla Apollinaire Joachimson. En hommage à son père, qui était enseignant et le secrétaire général de la section locale de l’Organisation catholique pour le développement et la solidarité (Ocades), il a en effet décidé d’accoler le mot  « Joachimson » [fils de Joachim] au nom qui lui a été donné à sa naissance. Il a aussi ajouté le nom de son village, Tambèla, situé à la sortie de la ville de Koupéla, en signe d’attachement à ses racines.

3. « Aristo »