Politique

Maroc-Algérie : Mohammed VI annule sa participation au sommet de la Ligue arabe

Le sommet devait s’ouvrir ce mardi 1er novembre à Alger en présence du souverain marocain, qui avait été l’un des premiers dirigeants à confirmer sa venue. Révélée en exclusivité par Jeune Afrique, cette décision avait fait grand bruit dans un contexte de tensions entre Rabat et Alger.

Par
Mis à jour le 31 octobre 2022 à 13:13

Le roi Mohammed VI lors d’un discours à la nation, le 6 novembre 2021. © Moroccan Royal Palace / AFP

Après plusieurs jours d’incertitude, et alors que de nombreuses rumeurs contradictoires circulaient, le roi Mohammed VI a finalement renoncé à assister au sommet de la Ligue arabe, qui doit se dérouler les 1er et 2 novembre à Alger. Nasser Bourita, le ministre marocain des Affaires étrangères, en a formellement informé le secrétaire général de la Ligue arabe dimanche 30 octobre au soir.

Selon nos informations, la délégation marocaine censée préparer la visite du roi a quitté Alger ce lundi 31 octobre, à 11 heures. Le Maroc sera représenté à ce sommet par Nasser Bourita.

À Lire Maroc –­ Nasser Bourita : « Le roi Mohammed VI décidera si les conditions de sa participation au sommet d’Alger sont réunies »

Mohammed VI avait été officiellement convié par le président algérien, Abdelmadjid Tebboune. Une lettre d’invitation avait été remise au chef de la diplomatie marocaine le 27 septembre. Invitation que le roi avait acceptée, lui qui avait prévu de se rendre à Alger accompagné de son fils, le prince héritier Moulay El Hassan.

« Peu diplomatiques »

Les raisons de cette non-venue du roi, qui avait pourtant été parmi les tout premiers chefs d’État à annoncer sa présence, sont de plusieurs ordres. Rabat estime tout d’abord que les autorités algériennes ont réservé un traitement peu diplomatique à Nasser Bourita et à sa délégation, ce qui ne permettrait pas au roi d’effectuer un séjour serein et apaisé. Le Maroc goûte également peu la persistance des attaques dont il fait l’objet dans les médias algériens. Enfin, selon nos sources, l’absence à ce sommet de chefs d’État que Rabat considère comme lui étant proches a également joué (Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Koweït, Jordanie, Égypte…).

Nasser Bourita se trouve toujours ce lundi dans la capitale algérienne. Même s’il n’a eu jusqu’ici aucun entretien avec son homologue, Ramtane Lamamra, il estime que le Maroc « participera activement » aux travaux de ce sommet.