Politique

Burkina : treize soldats tués dans une embuscade terroriste

Selon des sources sécuritaires, treize soldats ont été tués samedi dans un piège tendu par des jihadistes présumés dans l’est du pays.

Par
Mis à jour le 30 octobre 2022 à 13:23

Des officiers de l’armée burkinabè patrouillent près d’un véhicule blindé français stationné à Kaya, capitale de la région du centre-nord du Burkina Faso. © OLYMPIA DE MAISMONT / AFP

« Une unité des Forces de défense et sécurité, reliant Fada N’Gourma à Natiaboani » dans la province de l’Est, « a été la cible d’une embuscade », a indiqué une source sécuritaire. « Treize soldats ont été tués et quatre blessés », a-t-elle ajouté, affirmant que « plusieurs terroristes ont été neutralisés ».

À Lire Au Burkina Faso, Ibrahim Traoré imprime sa marque

Une autre source sécuritaire a confirmé l’attaque et le bilan, précisant qu’elle avait visé « une équipe de relève du détachement de Natiaboni ». « Des renforts ont été déployés pour sécuriser la zone et procéder à un ratissage », a-t-elle ajouté.

Cette attaque survient peu après celle de lundi à Djibo, grande ville du nord du Burkina sous blocus jihadiste depuis trois mois, au cours de laquelle dix soldats avaient été tués et une cinquantaine blessés. Depuis 2015, les forces armées burkinabè sont régulièrement endeuillées par des attaques jihadistes, de plus en plus fréquentes et meurtrières, ayant fait des milliers de morts et contraint quelque deux millions de personnes à fuir leurs foyers.

Ces attaques se sont multipliées ces derniers mois, essentiellement dans le nord et l’est du pays. Investi le 21 octobre président de la transition par le Conseil constitutionnel, le capitaine Ibrahim Traoré, auteur d’un coup d’état militaire le 30 septembre contre le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, s’est donné pour objectif « la reconquête du territoire occupé par ces hordes de terroristes ».

À Lire Burkina Faso : la nouvelle vie togolaise de Paul-Henri Sandaogo Damiba

Mercredi, le nouveau pouvoir a lancé le recrutement de 50 000 Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), des supplétifs civils de l’armée, qui doivent venir « renforcer les rangs de l’armée dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ».

(Avec AFP)