Économie

Fintech : Touch and Pay, la start-up nigériane qui a tapé dans l’œil d’Ecobank

Le duo nigérian Oluwole Michael et Afolabi Olamide vient de remporter la cinquième édition du concours de fintech organisé à Lomé par le groupe bancaire panafricain.

Réservé aux abonnés
Par - à Lomé
Mis à jour le 1 novembre 2022 à 16:09

Les fondateurs de la start-up Touch and Pay, Afolabi Olamide et Oluwole Micheal. © DR.

Un pitch d’une dizaine de minutes aura suffi pour chacun des finalistes. Devant le jury de quatre membres, présidé par Nvalaye Kourouma, chef du numérique du groupe Ecobank, la start-up Touch and Pay (TAP) a été donnée gagnante de la cinquième édition de l’Ecobank Fintech Challenge. La solution portée par Oluwole Michael et Afolabi Olamide est une plateforme unique de paiement et de services mobiles capturant les microtransactions hors-ligne et en ligne, telles le paiement des trajets en bus.

Le point fort du lauréat : sa solution permet de réduire la quantité d’argent physique en circulation, en encourageant l’usage du numérique pour le paiement de biens et de services. « Ce prix est une belle opportunité de promouvoir davantage notre plateforme avec le groupe panafricain Ecobank», a déclaré sur le podium, un chèque de 50 000 dollars en mains, Oluwole Michael, représentant le duo d’entrepreneur lors de la cérémonie, le 27 octobre.

À Lire Cyberattaques : Ecobank, Axian… Comment le secteur privé se protège

1,5 million d’utilisateurs

Au Nigeria, où elle a lancé ses activités avec la carte sans contact Cowry, la fintech revendique plus de 1,5 million d’utilisateurs à Lagos et tente de transformer l’essai dans d’autres états. Touch and Pay est également en discussions au Ghana et au Sénégal pour le déploiement du service. Grâce à Ecobank, Oluwole Michael espère augmenter le nombre d’utilisateurs, tout en améliorant la qualité du service client du groupe. Avec ce prix, le gagnant et les cinq autres lauréats intègrent un programme Ecobank Fintech Fellowship, qui leur offre l’opportunité d’explorer des partenariats commerciaux potentiels avec le géant panafricain, tels que l’intégration avec ses plateformes bancaires et l’expansion de leurs entreprises sur les 33 marchés africains du groupe.