Politique

Asma Lamrabet : « Au Maroc, la question des droits des femmes n’est pas prioritaire »

Mohammed VI a plaidé pour une refonte du Code de la famille. Asma Lamrabet, essayiste et auteure de plusieurs ouvrages sur la femme et l’islam, insiste sur l’urgence de mener cette réforme. Tout en s’inquiétant de l’immobilisme politique.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 12 novembre 2022 à 10:41

Asma LAMRABET © MONTAGE JA : DR

L’ACTU VUE PAR – Dix-huit ans après la Moudawana, Mohammed VI appelle à une refonte de ce texte considéré comme « révolutionnaire » pour le statut des femmes à l’époque. Aujourd’hui, comme l’a souligné le monarque dans son discours prononcé le 30 juillet dernier à l’occasion de la Fête du Trône, cette mouture du Code de la famille « ne suffit plus en tant que telle ». Plusieurs contradictions et obstacles sont apparus, révélés par l’expérience sur le terrain, et qui s’opposent à l’esprit de la Moudawana, ainsi qu’à celui de la Constitution de 2011, qui met en avant une égalité parfaite entre les hommes et les femmes.

À Lire Droits des femmes au Maghreb : l’influence de la charia

Médecin biologiste, auteure de plusieurs ouvrages sur la place des femmes dans l’islam, Asma Lamrabet dirige la Chaire “Genre” à la Fondation euro-arabe de l’Université de Grenade depuis mars 2018. Dans cet entretien, celle qui milite depuis plusieurs années pour l’égalité